Duo, livre II

Mais Qui s'est tapé Molly Schmoll?
Op 9

molly



Quatrième de couverture

J
acques alias Jack alias Le Coq est recraché par la mer. En Arizona! L’attentat nucléaire de Bush sur Genève semble avoir dégénéré en valse de missiles. En Amérique, le temps est méchamment détraqué. Dieu s’est fait la malle, définitivement. Mais Le Mexique et Les États-Unis mettent sa tête à prix. Trois destinées se croisent, dans cette histoire haletante. Benito Juarez le flic mexicain, Uñas la prostituée divine et Jack qui ne rêve que de son retour à la mer. Tantôt grave et plein d’émotions tantôt hilarant, le récit dévoile la nature d’un monstre inconnu, le Sourcedil, plante la tour du diable dans le désert de Sonora, explore une Amérique exsangue, remet au lecteur la clef de la Voie royale des pieds de la Femme et permet à Jack de survivre aux tortures féroces de Molly Schmoll, la vierge de fer. Ce n’est qu’en fin de récit que l’on connaîtra la réponse à cette terrible interrogation : Mais qui s’est tapé Molly Schmoll?



Extrait :
in Indian breakfast
(Arizona, au sommet de la tour du diable)


- Castanada ou Grand Esprit, dit Chapeskie. Mais je puis me sentir humble et nécessaire en Votre présence. Permettez-moi de Vous poser une question‑: notre légende est-elle vraie? Uñas est-elle celle dont le sang fut modifié et qui Vous ramène auprès de notre peuple?
Castaneda sourit :
- Il y a tant de dieux, dit-il l’air rêveur. Je suis l’origine des choses et je leur suis extérieur, car je ne suis que la créativité. Sachez-le, je n’existe pas. Sans vous je n’existe pas. Mais je puis être évoqué par votre esprit et je deviens cet esprit. Chacun de vous, sur cette terre, m’a appelé quand il a réalisé qu’il devrait mourir. Rares sont les hommes qui habitent le présent. Rares sont les hommes qui n’ont aucune crainte de la mort. Rares sont les hommes qui ne m’ont jamais appelé. Vous me voyez ici sous la figure du Père car c’est ainsi que Jacques m’aime. Je vous dirai dans un instant pourquoi je désire me retirer de vos églises. Pourquoi cet homme a semblé rester mon unique contact avec cette planète. Pourquoi il est sorti de la mer, avec moi. Vous le sentez bien, j’adopte un ton qui lui ressemble mais, en vérité, je suis tous les Dieux que votre esprit peut concevoir. Changez-moi. Utilisez enfin ma force pour répandre le bien dans votre vie. Parlons entre nous car bientôt nous ne nous reverrons plus. Parlons sous le signe de cette très belle chose que l’homme à nommée amitié. L’amour est peut-être quelque chose de trop fort pour vous, mes enfants. L’amour brûle. Voyez ce qu’il vous plaira de voir en moi, je limiterai ma force pour ne point vous détruire.
Rolo Diez se leva.
- Avez-Vous ainsi limité votre force dans l’épisode du buisson ardent? Vous êtes-Vous rendu… fréquentable à l’homme?
Castaneda sourit.
- Ce ne fut qu’un épisode qu’on a beaucoup trop diffusé. Mais tu as raison. Je dois accepter vos limitations. Que ferais-tu avec, en face de toi, une étoile furieuse?
Zelazny, qui suivait cet échange avec passion, se leva à son tour.
- Les hommes n’ont cessé de Vous créer et de Vous tuer. Suis-je capable de comprendre et d’accepter cette conduite?
- Tu l’es, affirma Castaneda avec une grande tranquillité. C’est dans l’architecture de l’Univers que je suis le plus présent. Je n’ai jamais existé, si ce n’est dans les deux infinis. L’origine de la matière, que vous ne percerez peut-être jamais. Et le grand univers qui est ma conception d’architecte. Je suis plus improbable dans votre troisième infini, l’infiniment complexe, la vie. Toutes vos théories et théologies sont merveilleuses mais elles ne me concernent que très peu. J’existe âme par âme. En chacun de vous. Vous avez ce dangereux pouvoir de créer une image de moi et de l’imposer aux autres. Cela se nomme religion. Vos religions sont des maladies contagieuses. Elles se propagent pire que la peste et votre télévision. Je vois que dans votre société vous avez su rassembler suffisamment d’étincelles du divin pour que la religion y devienne quelque chose de terrible. Cessez de me fabriquer à votre usage. Je ne veux plus de vos religions monothéistes, l’aurais-je assez dit! C’est pour y mettre fin que je me retire. Mais votre monde est si étrange que même absent je sais que je vais servir vos œuvres et vos complots.

Il changea lentement d’aspect. Je le voyais comme la Splendeur, la révélation. Nos âmes se trouvèrent tellement unies en Lui que je pouvais partager les esprits de mes amis, leurs sensations, leurs souvenirs. L’essence d’une infinie sagesse nous parvint.
- Il est temps que je m’accorde avec chacun de vous avant de vous quitter. Cette histoire n’est pas finie. Je dois vous parler de vos parcours. Vous avez encore trois destins à accomplir. Vos étonnants chemins. Même pour moi.

Toi, Benito, j’ai élargi ton esprit car, de tous, tu es le moins familier de ma présence. Tu me vois, tu me comprends. Quand nous nous séparerons je te rendrai ton ancienne vision du monde, pour te laisser mener ta quête à bien. Tu connaîtras sans doute un monde différent, tu trouveras d’autres illusions et une autre révélation si tu sais t’en montrer digne. Tu devras chercher ta vérité et tu seras très seul dans cette quête. Je puis voir que ton âme trouvera la paix. Mais auparavant accompagne Jacques dans la montagne sacrée. Et attendez la mer.

- Quel est mon destin? demanda Uñas d’une voix étouffée, la tête baissée. Je vis que son ancienne ruse l’avait quittée, qu’elle ne craignait plus le monde des hommes et que son âme de femme venait à la surface.
Il se tourna vers la Mexicaine immobile et lui sourit. Les feux du couchant conféraient aux traits impassibles de cette femme la noblesse des pierres des pyramides, l’allure d’une déesse aztèque.
- Ce sera différent avec toi, ma fille. Tu brilleras comme tu le désires. Nous avons quelque chose à réaliser et je vais y revenir. Sois reconnaissante à ta sœur, assise ici avec nous, d’avoir lu le mystère de ton sang. Vous serez, toutes deux, dépositaires de mon témoignage, veillez à n’en extraire aucune légende car vous ne devez plus fonder de religion. Toi et moi nous allons conclure une alliance. Je ne désire plus résider en votre monde, en vos églises et vos chapelles, je viens de le dire. Sache que c’est moi qui ai un tout petit peu modifié ton sang. Tu disposes de pouvoirs encore inconnus des hommes. Va dans ta patrie et prends ma place.
La Mexicaine se leva. Elle était entièrement illuminée. Elle sourit à mon Père, baissa à nouveau les yeux et se rassit sans proférer une parole.

Seigneur! Jamais je n’avais vu un si terrible sourire féminin. Il me rendait aussi humble qu’heureux. Je saisis ce qui s’était passé avec Uñas depuis l’épisode des Sourcedils. Elle était écrite, un impensable destin allait nous la prendre. Mon tour était venu, j’allais aussi connaître mon destin. J’étais habité par une infinie confiance. J’entendais le vent chanteur du désert. Ça n’était pas un bruit comme l’esprit de feu Molly Schmoll. C’était une rivière de voix, les vifs et les morts, les plantes et les animaux. Toute musique devrait ressembler à ça.
- Toi, Jacques, tu désires plus que tout revenir à la mer. Nous irons ensemble. Fais route avec Benito, je t’attendrai dans un village abandonné du Mexique, il saura te guider, dit simplement mon Père.


Table des matières


Mexico 7
Né de l’écume océane 11
Une femme en projet 13
La sacoche 15
La Femme et la Voie 19
Rolo Diez me briefe 25
The chosen one 29
Un Père portable 31
Visite à Oracle 37
Plainte et complainte de Super Moustaches 45
American breakfast 51
Songe d’une nuit fahrenheit 59
Uñas se laisse aller 61
El Libro haciendose 67
Trombe et Sourcedil 69
Il faut sauver le soldat Uñas 75
El libro haciendose 79
La méthode Schmoll 81
Du sang d’Uñas 83
Le feu qui se relève avec son damné 89
Le sens de FOX? 93
Molly telle qu’en elle-même enfin 97
La Déesse et le Mariachi 103
L’Arche perdue 113
Mexican check list 117
Il faut tuer une femme par jour 121
The devil’s tower 129
El Libro haciendose 133
An Indian breakfast 135
Le sens de la vie 143
Real del Catorce 145
Chasse au Sourcedil 155
La Déesse du Déeffe. 161
Sérénade pour deux pieds nus 169




molly